Gâteau

Mythes & réalités: Pour maigrir, il est recommandé de privilégier les édulcorants artificiels

le juin 25 | dans Carousel, Flexslider, Mythes & réalités | par | avec No Comments

Faux!
 
Les édulcorants artificiels* ne représentent pas une solution à long terme pour diminuer votre poids. Inutile d’essayer de tromper son corps… Privilégier les aliments allégés, grâce aux édulcorants artificiels, dans l’espoir de mieux contrôler son poids pourrait avoir les effets suivants :
 
1- Ne pas se sentir aussi rassasié
 
Les édulcorants artificiels ne déclenchent pas les mêmes signaux que le « vrai » sucre dans le cerveau et n’ont pas le même effet sur le rassasiement. Différents mécanismes régulent l’appétit, dont l’intensité du plaisir/déplaisir de manger, qui lui dépend des besoins en énergie (calories) du corps. Plus le manque d’énergie est grand, plus la faim sera grande et plus le plaisir de manger sera grand. De même, plus un aliment est riche en calories, plus il sera efficace pour diminuer ce plaisir de manger. Il conduira rapidement à l’arrêt de manger. Les aliments faibles en calories, qui contiennent des édulcorants, mettront beaucoup plus de temps à activer ce phénomène de diminution du plaisir de manger, aussi appelé « alliesthésie alimentaire négative ». Il devient alors très difficile de s’arrêter de manger.
 
2- Compenser les calories en moins au repas suivant ou plus tard en journée
 
Si les besoins en énergie (calories) ne sont pas comblés, la satiété sera de courte durée. Le corps enverra tôt ou tard un signal de faim pour compenser les manques. Ainsi, à plus long terme, le nombre de calories ingéré sera le même que les calories dépensées et n’entraînera pas la perte de poids souhaitée…
 
3- S’autoriser à manger les aliments allégés à volonté
 
En s’imaginant que ces aliments allégés ne font pas engraisser, on risque d’en manger en excès… Mais malheureusement tout excès à un impact sur le poids, et ce, qu’il provienne des fruits, des desserts ou des aliments allégés.
 
4- Privilégier des aliments allégés peu nutritifs au détriment d’aliments plus riches en calories, mais plus intéressants nutritionnellement parlant
 
Jugez par vous-même le type d’aliments dans lesquels on les retrouve…
 
5- Conserver son envie de sucre plutôt que s’habituer à manger moins sucré.
 
Pourquoi ne pas apprendre à savourer les aliments sucrés avec du « vrai » sucre, plutôt que de dévorer sans plaisir leur version sucrée avec un édulcorant artificiel?
 
Voici 5 étapes qui vous aideront à être plus attentif à votre faim et à apprécier davantage les aliments qui vous font réellement plaisir :

  1. Choisissez un aliment dont vous avez envie, plutôt que celui qui vous fait sentir le moins coupable.
  2. Mangez-le attentivement, en éliminant toutes sources de distraction (pas de lecture, téléphone, télévision, etc.).
  3. Mangez-le lentement, en utilisant vos 5 sens. Portez votre attention sur son odeur, sa forme, évaluer sa texture,  son goût. Mastiquer des 2 côtés de la bouche.
  4. Soyez attentif à votre signal de satiété et au plaisir que vous procure l’aliment en question.
  5. Quand vous sentez que le plaisir diminue et que la satiété augmente, arrêtez-vous.

Cette technique vous permettra d’avoir plus de plaisir en mangeant, de mieux réguler votre appétit et ainsi de mieux gérer votre poids à long terme!
 
Pour ceux qui en ont assez des régimes et des restrictions, je vous recommande ces lectures :

  • Mangez !  de Guylaine Guevremont et Marie-Claude Lortie
  • Manger ses émotions de Guylaine Guevremont
  • Maigrir sans régime du Dr Jean-Philippe Zermati

 *Les édulcorants intenses les plus utilisés sont : La Saccharine (Hermesetas), le Cyclamate (Sugar Twin, WeightWatchers), l’Aspartame (Nutrasweet, NutraSuc, Equal), l’Acésulfame-K (Sunett), le Sucralose (Splenda) et le Stévia (SweetLeaf Stevia).
 
Références :

Clarisse, M., Paclet, M. L., Profico, G. C., & Giusti, V. (2012). Aliments et boissons allégés: qu’en penser?. Rev Med Suisse8, 682-6.
Extenso, Les substituts de sucre à la loupe, [En ligne], consulté le 15 juin 2016.
Fantino, M. (2012). Goût des aliments et comportement alimentaire. Médecine des maladies Métaboliques(5), 409-414.
Guevremont, G. et Lortie, M.-C. (2006). Mangez! Montréal, Québec : Les éditions La Presse.
Zermati, J.P. (2011). Maigrir sans régime (2e édition). Paris, France : Odile Jacob.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

« »

Scroll to top