gummibarchen-1114955_1280

Le sucre libre, vous connaissez?

le octobre 25 | dans Articles thématiques, Carousel, Flexslider | par | avec No Comments

Ce n’est plus nouveau pour personne ; on entend de plus en plus parler du sucre dans les médias et du côté des professionnels de la santé. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a d’ailleurs émis de nouvelles recommandations l’an dernier quant à la consommation quotidienne de sucre. En effet, l’OMS recommande « de ramener l’apport en sucres libres à moins de 10 % de la ration énergétique totale chez l’adulte et l’enfant. Il serait encore meilleur pour la santé de réduire l’apport en sucres à moins de 5 % de la ration énergétique totale, soit à 25 grammes (6 cuillères à café) environ par jour. » Un apport à moins de 5 % permettrait d’obtenir des bienfaits supplémentaires sur le plan de la santé.

Cette recommandation est peut-être un peu floue pour vous puisqu’on ne passe habituellement pas notre journée à calculer notre apport en sucre. Devrions-nous commencer dès aujourd’hui et calculer le sucre qui se retrouve dans nos fruits frais, notre lait, nos jus de fruits et nos desserts ? Oui et non… Voici un peu d’information pour mieux vous éclairer.

Que sont les sucres libres ?  

Il est tout d’abord important de faire la distinction entre le sucre « libre » et le sucre que l’on retrouve dans nos fruits frais ou dans notre verre de lait nature. L’expression ‘’sucres libres’’ désigne « les monosaccharides (tels que le glucose et le fructose) et les disaccharides (tels que le saccharose, ou sucre de table) ajoutés aux aliments et aux boissons par les fabricants, les cuisiniers ou les consommateurs, ainsi que les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les jus de fruits à base de concentré »1. En gros, le sucre libre est celui qui se retrouve « seul » dans un aliment, c’est-à-dire sans fibres par exemple. Il est donc rapidement absorbé dans l’organisme.

1 Organisation mondiale de la Santé, Communiqué de Presse, L’OMS appelle les pays à réduire l’apport en sucres chez l’adulte et l’enfant, 4 mars 2015

Leur impact sur la santé

Les études scientifiques nous démontrent qu’une consommation plus faible en sucre chez l’adulte est associée à un poids moins élevé et qu’une augmentation du sucre dans l’alimentation est associée à une augmentation du poids. La consommation excessive de sucre est également associée à d’autres problèmes de santé comme le diabète, l’hypercholestérolémie, les maladies du cœur, l’AVC, le cancer et les caries dentaires.2

2 Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, Déclaration de la Fondation, Le sucre, les maladies du cœur et l’AVC, page consultée le 24 octobre 2016

Comment les reconnaître

Il est assez difficile de connaître la quantité de sucre libre que l’on retrouve dans un aliment puisque le tableau de la valeur nutritive ne nous permet pas d’obtenir cette information. Il existe toutefois certains outils qui peuvent nous aider, comme l’application OneSweet App qui nous permet d’identifier la quantité de sucres libres dans nos aliments. Elle permet également de calculer nos apports quotidiens en sucres libres. Il est même possible de comparer les produits en épicerie en scannant leur code-bar afin d’obtenir leur teneur en sucres libres.

Une autre façon de reconnaître les sucres libres dans nos aliments est de porter attention à la liste des ingrédients. Plus un sucre se retrouve en grande quantité dans un aliment, plus il apparaîtra au début de la liste des ingrédients. Si vous optez pour cette technique pour repérer les sucres libres dans vos aliments, n’oubliez pas de prendre en considération tous les « synonymes » du sucre.

 Synonyme de sucre

Comment les éviter

Plusieurs aliments sont reconnus pour avoir une teneur en sucre libre très élevée. C’est le cas par exemple des boissons gazeuses, des boissons pour sportifs, des jus ou boissons aux fruits, des friandises et sucreries ou des éléments sucrants utilisés pour ajouter un goût sucré à nos aliments comme le sirop d’érable ou le miel. Il faut donc les consommer avec modération. C’est déjà un très bon début ! Pour aller un peu plus loin, on peut diminuer l’ajout de sucre dans nos aliments à la maison (café, thé, sirop sur les crêpes) ou dans nos recettes et éviter les produits commerciaux très transformés.

Si vous souhaitez poursuivre votre découverte du sucre, je vous suggère fortement le livre Sucre, vérités et conséquences de la nutritionniste Catherine Lefebvre qui porte sur le sujet.

Bonne lecture!

 

 

Références :

Organisation mondiale de la Santé, Communiqué de Presse, L’OMS appelle les pays à réduire l’apport en sucres chez l’adulte et l’enfant, 4 mars 2015
Département Nutrition pour la santé et le développement Organisation mondiale de la Santé, Note d’information sur l’apport de sucres recommandé pour les adultes et les enfants dans la directive de l’OMS, 2015
Michael Kennedy, University of Toronto, One Sweet App: leading nutrition researcher helps consumers check sugar level of food – for free, 27 mai 2015
Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, Déclaration de la Fondation, Le sucre, les maladies du cœur et l’AVC, page consultée le 24 octobre 2016
Extenso, Le sucre, ce nouveau poison, page consultée le 24 octobre 2016

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

« »

Scroll to top