gac6

Doit-on réviser le Guide alimentaire canadien?

le mai 29 | dans Articles thématiques, Carousel, Flexslider | par | avec No Comments

Le Guide alimentaire canadien a été sévèrement critiqué en mars dernier par un comité sénatorial et plusieurs professionnels des milieux de la santé et de la nutrition. Hé oui! Malgré sa popularité (il est quand même le 2e téléchargement le plus fréquent après les formulaires de déclarations d’impôts au Canada!), il semble être grand temps de revoir ce Guide. Un peu d’histoire pour commencer…

La première version date de 1942 : Les règles alimentaires officielles au Canada. Elle ciblait une amélioration de la santé par l’alimentation optimale malgré le rationnement en temps de Guerre. On tentait à l’époque d’assurer un équilibre entre les besoins nutritionnels, les habitudes alimentaires et la disponibilité alimentaire au Canada.

Les règles sont devenues Guide et des éléments graphiques y ont été intégrés. On peut dorénavant personnaliser notre Guide en ligne.

Les quelques révisions depuis 1942 (seulement huit !) ont essayé d’en arriver sensiblement à la même équation : réaligner les habitudes en fonction des besoins nutritionnels selon les connaissances à jour et en fonction la disponibilité des denrées au Canada. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le dernier comité de révision de 2007 comptait trois représentants de l’industrie agro alimentaire et des experts des domaines de la santé et de la nutrition. L’industrie avait sa place à l’époque des premières versions du Guide puisqu’elle orientait sur la disponibilité des ressources. En effet, le Guide ne pouvait recommander de manger un aliment en grande quantité s’il n’était pas disponible. Mais l’ouverture des marchés actuels avec un accès aux mêmes aliments frais douze mois par année me fait douter de la pertinence de leur place actuelle au sain du comité. Surtout si l’un d’entre eux représente les intérêts de mégas entreprises d’aliments ultra-transformés telles que PepsiCo et CocaCola…

Le comité sénatorial sur l’obésité au Canda a émis 21 recommandations en mars pour réaligner les actions canadiennes pour contrer l’obésité. Le comité souligne la désuétude du GAC dans l’optique où il devrait être un outil éducatif.
 
Mais quel est le problème avec le GAC?

  1. Le comité recommande d’adresser l’alimentation en termes de repas plutôt que de nutriments.
  2. En voulant informer de façon tellement précise la population, le GAC est devenu de moins en moins réaliste. Le GAC est adapté pour la population en santé. Si vous êtes végétarien, diabétique ou un athlète, le GAC ne répondra pas à vos besoins nutritionnels.
  3. Transformation des aliments. Les populations qui consomment plus d’aliments transformés semblent plus à risque d’être atteintes de maladies cardiovasculaires, de cancers et de maladies chroniques comme le diabète de type II. Notre cher GAC ne distingue pas les aliments transformés et les denrées de base.

Sans renier le travail des comités de révision antérieurs, espérons que le comité sénatorial aura assez d’influence sur Santé Canada pour entreprendre des changements au Guide alimentaire canadien à l’image de nos habitudes alimentaires et de notre état de santé au Canada.


Références :

Le contexte du Guide alimentaire canadien. Santé Canada. [Page consulté le 30 avril 2016]

Le comité sénatorial permanent des Affaires sociales, des sciences et de la technologie (2016) Obésité au canada : Une approche pansociétale pour un Canada en meilleure santé

Freedhoff Y (2016) Canada’s food Guide is broken – and no one wants to fix it. Globe and mail 26 april 2016. [Page consulté le 30 avril 2016

Nadeau G 2016 Le Guide alimentaire canadien et les portions recommandées. Médecin sans rendez-vous. Télé-Québec. [Émission du 26 janvier 2016]

World Health Organization. Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases. Report of the joint WHO/FAO Expert Consultation. WHO technical report series no. 916. Geneva: WHO. 2003.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

« »

Scroll to top